Se lancer

Comment monter un business plan ?

Le business plan, sa définition et sa forme

Le business plan (ou plan d’affaires) est le document de gouvernance de la future société et la preuve démontrée de sa réussite. C’est le document qui atteste que l’idée principale d’un projet de création d’entreprise est viable sur une longue durée et rentable à court ou moyen terme.

Il communique sur les stratégies de la future société et détaille la manière de mettre en œuvre l’activité de l’entreprise face aux échéances à tenir. C’est également le document qui fournit toutes les données financières connues et à venir pour que la société vive ses trois premières années sur de bonnes bases.

C’est en fait un résumé de votre projet d’entreprise en matière de conception, d’ambition, de budget et d’aboutissement (résultats).

Le business plan est un document de 20 à 30 pages maximum, rédigé comme un outil de communication interne à l’entreprise mais aussi destiné aux tiers (financiers, investisseurs, associés). C’est le résultat de la vision (théorique) de l’entrepreneur sur l’avenir de sa société associée aux facettes concrètes du fonctionnement d’une entreprise, soit les différents cycles et moyens (techniques, financiers et humains) qui peuvent être mis en œuvre. 

Le business plan, ses objectifs

Les objectifs du business plan :

  • tranquilliser les financiers (banques) et démontrer une capacité de remboursement quels que soient les résultats de la société,
  • valoriser pour convaincre les futurs investisseurs (associés, actionnaires),
  • persuader pour recruter du personnel (salariés) sans s’appuyer uniquement sur le montant des salaires.

Pour atteindre ces objectifs, les données du business plan doivent êtes pertinentes et judicieuses. Inutile d’éluder les problèmes avérés ou potentiels ; le business plan doit montrer que les dirigeants sont conscients des risques encourus, que la capacité à les anticiper est une force et qu’ils sauront adapter les méthodes de travail en cas de besoin.

Le business plan, son contenu

  1. L’execute summary

Avec l’executive summary (3 pages maximum) le lecteur, investisseur, futur associé, etc. décide s’il va aller plus loin dans la prise de connaissance du projet. C’est un résumé positionné au début du business plan bien que sa rédaction intervienne en dernier lieu. 

L’executive summary doit susciter l’envie en peu de mots et pour cela il doit aller à l’essentiel.

  1. Description des services / produits (business model)

Le business model s’intéresse au cœur de l’activité : que vend l’entreprise (service ou produit) et comment fait-elle ?

  • conception pour un produit ou process (déroulement) pour un service,
  • contribution : produits ou services innovants, prix concurrentiels à qualité égale, etc.
  • objectif : maîtrise du marché actuel et analyse précise des points faibles pour les contourner et « faire mieux ».
  1. Etude de marché (à réaliser sur le terrain)

Informe sur :

  • le secteur de marché impacté (y compris zone géographique) : chiffre la part de marché de la société dans l’ensemble du secteur et analyse son évolution,

Note, dans le cas d’une activité réglementée, remplir les conditions nécessaires : agrément, certification, formation, diplôme, etc.,

  • les clients cible : analyse le profil des clients cible (âge, pouvoir d’achat, loisirs, etc.) ainsi que leurs besoins,
  • la concurrence : directe ou indirecte, situation géographique, points forts, etc. Cette analyse doit fixer les différences entre les produits ou services de l’entreprise et de sa concurrence et la position de l’une par rapport à l’autre.
  1. Stratégie pour atteindre les objectifs

La stratégie (commerciale, marketing, formation, communication, etc.) est le fil conducteur qui permet d’atteindre les chiffres d’affaires prévisionnels. Elle impacte chaque secteur de l’entreprise : production, distribution, vente, formation, communication, financière, etc.

  1. Direction, gestion et ressources humaines

Les investisseurs et futurs associés séduits par le projet de création d’entreprise veulent savoir que l’équipe direction-salariés est fiable. Le rôle de chacun, les compétences particulières du financier ou du gestionnaire, l’effectif dans chaque service de la société ainsi que le calendrier de recrutement sont fournis dans cette optique.

  1. Juridique

Statut juridique de la société, date de création de la société, représentants légaux, constitution et répartition du capital social, identité des actionnaires ou associés, nom de marque et nom de domaine, etc.

  1. Financement

Le mode de financement prévisionnel doit convaincre et rassurer les futurs investisseurs : montant des fonds cherchés sous la forme d’investissement, montant des emprunts et des apports au capital social déjà acquis, gestion de la trésorerie, 

La partie financement contient le plan de développement de l’entreprise.

  1. Risques

Analyse des risques (connus et éventuels), plan de réaction voire plan de secours.

L’occurrence du risque et impact possible sur le développement de la société.

  1. Modes de sortie des investisseurs

Prévoir la sortie de l’investisseur qui a fait fructifier son investissement financier.

Comment rectifier une annonce légale ?

Previous article

Comment faire appel à un indépendant pour sa SARL

Next article

Comments

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *